À retrouver dans Mon jardin potager

Mon jardin potager

Introduction

Je ne sais plus exactement quand j’ai commencé à cultiver mon jardin potager…

C’était il y a environ dix ans je pense. Habiter une maison avec jardin rendait cela possible…
J’ai commencé juste avec quelques tomates. C’était dans un petit coin tout au fond du jardin, que j’avais peiné à désherber. Juste pour voir , pour m’amuser…
Un jour j’ai « rencontré » le livre de Jean-Marie Espinasse : « le Jardin Naturel ». L’auteur y décrit une méthode de culture qu’il a mise au point et expérimenté lui-même. Cette méthode permet d’enrichir le sol petit à petit, par l’apport de Broyat de Rameaux Feuillus, et de cultiver tous les légumes que l’on souhaite, en micro-parcelles, et en rotation annuelles.

Les satisfactions que j’y trouve

Etant bien occupée, je me contente de cultiver des légumes « faciles » : tomates, haricots, courgettes …
Je trouve dans le jardinage une satisfaction qui ne diminue pas avec le temps. Car Jardiner est pour moi  une grande source de plaisirs.
Il y a bien sur celui de manger de délicieux légumes ultra-frais avec la satisfaction de l’avoir fait moi-même.


Il y a la sensation très bénéfique du contact avec la terre. Ce contact est ressourçant, équilibrant, et source de joie pure. Je me suis retrouvée de nombreux dimanches matins, en train de travailler la terre en écoutant le chant des oiseaux dans le calme, en sentant la douce chaleur des rayons de soleil printaniers … des instants comme hors du temps, de connexion avec la Nature, extrêmement réconfortants et apaisants.


Il y a enfin la satisfaction d’aller dans le sens de l’avenir et de faire, comme le préconise Pierre Rabhi, un acte politique en cultivant son jardin.  Pour préserver la Terre et la rendre fertile, pour faire vivre des semences anciennes, pour tendre vers l’autonomie pour se désengager que notre aliénation à la consommation à outrance.

L’expérience de l’abondance

Et puis il y a le miracle de l’abondance … que je redécouvre à chaque fois que les conditions optimales sont remplies et que la Nature me donne bien plus que ce dont j’ai besoin. L’automne dernier, c’était les potirons.
Qu’est-ce que ce sera cette année ? Je ne sais pas encore…

Share Tweet Pin It +1
Article précédentLe macérât de pâquerettes

2 Commentaires

  1. Ferreira
    12 mois ago

    Bravo pour cette passion.

    Reply
  2. Violaine Peruch
    12 mois ago

    Merci Hasnaâ , et bravo à toi pour ta passion pour le chocolat, à découvrir sur ton site : https://www.hasnaa-chocolats.fr/

    Reply

Laissez un commentaire