À retrouver dans Mes créations Galilée Guyenne

Galilée Guyenne, l’histoire

Galilée Guyenne-le bog

 

On me demande souvent comment j’ai choisi de devenir artisan en cosmétique naturelle, et créé ma gamme de produits cosmétiques Galilée Guyenne.
Cette activité est le résultat d’un cheminement plus que d’un choix très en amont.
Je vais vous raconter comment cela s’est construit.

Le point de départ

C’est  en 2012,  il y a 6 ans que tout a commencé. A cette époque, j’avais un commerce spécialisé en huiles essentielles et je vendais aussi des cosmétiques biologiques. Au fil des ans, je me suis intéressée à leur composition. J’ai observé qu’elles évoluaient pour s’allonger et devenir de moins en moins naturelles. Des ingrédients avec des noms très chimiques s’immisçaient dans les listes.
En parallèle, on trouvait sur internet des conseils pour faire soi-même ses cosmétiques. Je découvrais des recettes très simples et constituées d’ingrédients naturels que je connaissais bien puisque je les vendais dans mon commerce : les huiles végétales, les huiles essentielles, et les eaux florales.

C’est à cette époque aussi que j’ai lu  « La vérité sur les cosmétiques » de Rita Stiens. Cet ouvrage édifiant dresse un portrait sans concession de l’industrie cosmétique dans son ensemble. Il en dénonce les dérives (marketing mensonger,..) ainsi que les risques pour la santé et l’environnement. Entre autres ingrédients incriminés, on trouve les conservateurs (avec notamment le fameux Paraben).

Le contexte était là : d’une part je prenais conscience que comme pour l’alimentation, les cosmétiques étaient problématiques pour la santé et la planète. D’autre part, j’avais à portée de main de beaux ingrédients pour créer des produits tout à fait naturels, et très simplement.

Génèse du projet

L’étape suivante coulait presque de source : Proposer à ma clientèle des « cosmétiques maison », c’est-à-dire des cosmétiques simples et naturels. Chacun peut les faire lui-même, mais ne le fait pas forcément parce qu’il n’a pas le goût de cela, pas le temps, pas les ingrédients….
Je me suis donc lancée.
Le premier produit que j’ai proposé, comme un test pour valider mon idée, était ma crème main onctueuse Galilée Guyenne. Elle a tout de suite rencontré un vif succès ! Ce qui m’a encouragée à continuer.
Sauf que tout restait à faire, pendant que mon emploi du temps était déjà très (trop) rempli avec mes deux autres activités. Créer des produits n’était pas le problème, puisque les idées de recettes me venaient facilement. Mais il y avait tous les autres aspects du projet à gérer. Pour tout dire,  je ne savais pas alors à quoi je m’attaquais, ce qui était une bonne chose. En effet je crois que j’aurais renoncé sinon.

Prise par mon enthousiasme, j’ai développé de nouvelles formules, cherché des fournisseurs, installé un laboratoire à la maison dans une pièce dédiée, potassé la réglementation européenne, effectué un stage pour me perfectionner…. Il m’a fallu trouver le nom de mes produits, puis Margot m’a aidée à créer le logo… J’ai cherché longtemps puis découvert LE toxicologue avec qui j’allais pouvoir m’entendre, car il comprend l’univers des cosmétiques naturels (merci Mr Lucas) …
Entre-temps j’ai aussi compris qu’il fallait que je fasse des choix dans mes activités, pour sortir d’un surrégime déjà bien installé.

Atelier Galilée Guyenne

Finalisation

Pendant toute cette période, j’ai vécu des hauts et des bas, la sensation de ne pas avancer, le doute aussi, mais jamais le découragement.
En effet, j’ai toujours été animée par l’intime conviction que j’allais réussir cette équation 100% naturelle, qui était clairement un challenge. C’est ainsi qu’en 2015, j’ai décidé de me consacrer entièrement à ce projet de fabrication de cosmétiques artisanaux, complètement naturels, et biologiques.

Pour mon plus grand bonheur, et j’espère le vôtre aussi  !

Share Tweet Pin It +1

Vous pourriez aimer aussi...

Pierre Rabhi

Posté le 22 juin 2018

Le macérât de pâquerettes

Posté le 22 juin 2018

Article précédentPierre Rabhi
Article suivantLe macérât de pâquerettes

Pas de commentaire

Laissez un commentaire